Select Page

L’annonce des deux meetings agendés en 2016 a ramené une certaine effervescence à la salle d’entraînement du CP Carouge. Pour les licenciés qui s’y préparent depuis plusieurs mois, c’est l’espoir de pouvoir enfin combattre en compétition. Comme l’aboutissement d’un travail exigeant et répétitif, la sortie d’un long tunnel qui mène au ring et à la lumière. Apprendre la boxe est une leçon d’humilité. Sans cesse refaire les mêmes gestes pour améliorer la technique, acquérir les automatismes, affiner les esquives et les déplacements. Et quand il n’y a rien au bout, parce qu’il est de plus en plus difficile d’organiser, de trouver des salles disponibles et par manque de moyens financiers, il y a une immense frustration qui s’installe.

A la tête de son équipe, Giorgio Costantino (57 ans) entretient quotidiennement la petite flamme qui brûle en lui. Il est toujours là, fidèle au poste depuis de nombreuses années. En 2003, après le décès de François Sutter, le père fondateur du CPC, il est arrivé de l’ASB Châtelaine. Il a entraîné jadis Scacchia, Chiarelli, Zavattini, Turelli, Bossel, Sebihi et Petrosyan, entre autres, et a connu de beaux moments et de belles émotions. Il s’occupe désormais de Kinigamazi, Kassongo et Khalil Graidia, nouveau venu au club. Toujours avec la même foi, la même conviction, la même passion. Un travail de formation qui exige une présence constante et aussi de bonnes qualités physiques pour contenir les frappes de ses protégés lorsqu’il donne la leçon avec les pattes d’ours.

Trois fois par semaine au moins, en fin d’après-midi, professionnels, amateurs et juiors se retrouvent au sous-sol du 33 rue Jacques Grosselin pour deux heures de préparation intensive. Entre échauffement, séances de sparring-partner et de frappes au sac, chacun sait ce qu’il a à faire, connaît son programme. Il n’y a pas de place pour la rêverie ! Ici on travaille dur, en intensité, et la sueur coule sur les visages et sur les corps sculptés par la répétition des efforts. La transpiration est le prix à payer pour arriver au sommet et espérer que la réussite sera au bout des sacrifices consentis. La sueur, c’est la sève du boxeur, que celui-ci dépose partout où il se déplace dans ces locaux agrandis et remis à neuf par la commune de Carouge, en 2010.

Pendant une saison, il a fallu aller s’entraîner ailleurs en raison des travaux. Aujourd’hui, le résultat est là : le CP Carouge dispose assurément des plus belles installations du pays. Trois salles magnifiques et spacieuses, dont une pour la culture physique avec des engins de musculation, une autre avec un grand ring et une troisième avec seize de sacs de frappe. Sans oublier des vestiaires et douches séparés pour garçons et filles.

Avec trois professionnels en activité, Kinigamazi, Kassongo et Graidia (en attendant le retour au premier plan du super-moyen Lyes Bergoug), un amateur (Yves Tazi), deux juniors (Ardit Demiri, Ahmed Borni) et une fille (Marie Rouvinez) licenciés, le CP Carouge est actuellement le mieux loti des clubs romands. Un effectif qui attire les voisins en manque de partenaires pour croiser les gants à l’entraînement. On y rencontre de plus en plus souvent le super-léger pro Mohamed Ayyad (13 succès, 1 nul, 1 défaite) en provenance de Gaillard (France). De Vernier se pointe parfois le welter Stefano Ciriolo, et même de Montreux le retraité Flavio Turelli (10 succès, 2 nuls, 6 défaites) qui semble avoir repris goût à la compétition, à 41 ans !

Les jeunes du CPC profitent de l’occasion pour mettre les gants avec ces aînés qui jouent parfaitement le jeu. Demiri et Borni se préparent pour les championnats de Suisse juniors, Tazi pour son premier combat. On y voit aussi à l’œuvre les espoirs du Boxwin Sport Club fondé il y a quelques saisons par Aristide Martin : Thierry Garibaldi (champion romand 2015) et Nicolas Mirlese. Tous des pratiquants motivés qui cherchent à sortir du lot dans ce milieu de souffrances où il y a souvent plus de coups à recevoir qu’à donner. Ils ont la boxe dans le sang et rien ne pourrait les détourner de leur passion.

BD/18.2.2016